Vous vous apprêtez à acheter votre première paire de chaussures de ski de randonnée, ou vous souhaitez remplacer l’ancienne ? Dans ce guide, retrouvez tous nos conseils pour faire le tri entre les différents modèles et choisir la paire la mieux adaptée à votre pratique.

Chaussures de ski de randonnée : quelles différences avec les chaussures de ski alpin ?

Si vous débutez, vous vous demandez peut-être ce qui distingue une chaussure pour le ski de randonnée d’une chaussure pour le ski alpin. Bien que relativement similaires au premier coup d’œil, ces deux types de chaussures sont bien différents, que ce soit dans leur construction ou dans ce que l’on attend d’elles à l’usage.

En effet, une chaussure de ski alpin va servir uniquement à la descente, on attendra donc surtout un bon maintien du pied et des chevilles, du confort et un flex plus ou moins rigide pour faire de belles courbes. La chaussure pour le ski de randonnée va quant à elle être beaucoup plus polyvalente, puisqu’elle servira elle aussi en descente, mais également pour grimper ! Elle possède donc un mode marche pour faciliter la montée avec beaucoup plus de souplesse pour une amplitude de débattement positive et négative, ainsi qu’une semelle en caoutchouc. Cette dernière permet d’avoir de l’adhérence, qui sera indispensable pour les marches d’approche, ou si l’on doit marcher sur une arête lors de la pratique du ski alpinisme.

De plus, les fixations sur les skis sont différentes, et le bout de la chaussure ne sera donc pas le même. La majorité des chaussures de ski de randonnée sont aujourd’hui dotées d’inserts dit « low tech » pour s’adapter aux fixations de ski de randonnée à inserts. Attention, certaines chaussures munies d’inserts ne pourront pas s’adapter sur des fixations à plaques.

Le choix de la bonne chaussure va donc s’orienter en fonction du type de pratique recherchée :

  •          Alpinisme, compétition, ski touring, ski fitness : on partira sur un modèle plutôt léger, à 2 boucles
  •          Free rando et free ride : on optera pour un modèle 3 ou 4 boucles, avec une rigidité plus importante qui se rapprochera plus de la chaussure de ski alpin

 

Les principaux critères de choix

La rigidité

La rigidité va être un facteur important dans le choix de votre chaussure, et sera fortement influencée par votre pratique. Un free randonneur va en effet chercher plus de rigidité pour gagner en réactivité dans les transferts d’appuis à chaque courbe,tandis qu’un pur grimpeur cherchera une chaussure avec une forte amplitude pour accompagner son ascension avec fluidité.

Les chaussures à 3 ou 4 boucles sont en général les plus rigides, mais il est important de noter que contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le nombre de boucles qui fait la rigidité d’une chaussure mais bien la construction et les plastiques utilisés. Il est cependant difficile aujourd’hui de déterminer avec précision le « flex » (la souplesse) d’une chaussure, étant donné qu’il n’existe pas de valeur de référence : chaque marque possède ses propres tests pour déterminer les indicateurs de rigidité, qui permettent de comparer deux chaussures d’une même marque mais rendent difficile la comparaison entre les différents fabricants comme Scarpa, Scott, Fischer ou Atomic.

Le poids

Le poids de la chaussure de ski de randonnée va également être un facteur primordial, encore plus que lorsque l’on choisit sa paire de skis. En effet, si on pousse les skis, on doit en revanche soulever la chaussure à chaque pas, et quelques centaines de grammes représenteront plusieurs tonnes de différence à soulever à la fin d’une ascension ! Ce sont ensuite vos cuisses qui en subiront les conséquences et vous apporteront moins de puissance et de présence en descente.

Les chaussures à deux boucles, plutôt destinées à la compétition peuvent avoisiner les 600 get celles pour le skitouring ou le skifitness pèseront aux alentours de 1,1kg/1,2Kg, tandis que les chaussures de free-rando se rapprocheront plutôt des 1,4kg/1,5Kg : dans ce dernier cas, le skieur étant surtout orienté sur la descente, il accordera moins d’importance au poids.

L’amplitude de débattement

Souvent moins considérée, l’amplitude de débattement va pourtant beaucoup jouer dans le confort apporté par une chaussure à la montée. On peut noter une nette évolution des modèles proposés ces dernières années, avec une amplitude de débattement aussi bien sur l’avant (positive) que sur l’arrière (négative) qui peut aller jusqu’à 60 ou 70 degrés sur les modèles à deux boucles, favorisant ainsi un déroulé de pied plus naturel lors de l’ascension.

Sur les chaussures de free rando, l’amplitude de débattement se situera plutôt aux alentours de 35 à 50 degrés.

Le nombre de boucles

Comme évoqué ci-dessus, le nombre de boucles et la rigidité ne sont pas directement liés, mais les chaussures à 3-4 boucles seront généralement des chaussures dédiées à la free rando et seront donc plus rigides.

Les chaussures les plus légères auront quant à elles seulement deux boucles, voire une boucle et un système boa, ce qui représente actuellement la meilleure solution pour avoir un maintien de pied homogène. En effet, le câble du boa passe sur tout le pied, apportant ainsi un serrage uniforme sur l’ensemble du pied pour plus de confort. C’est par exemple le cas sur le modèle Alien de Scarpa, une chaussure de référence dans le monde du ski alpinisme, ou encore la Travers GR de chez Fischer.

Comment bien choisir la taille de ses chaussures ?

Une fois le type de chaussure recherché défini avec les critères ci-dessus, c’est finalement la taille de la chaussure et l’essayage qui finiront d’arbitrer dans votre choix : quelle que soit votre pratique, vous allez passer des heures avec vos chaussures aux pieds, et c’est le critère du confort qui devra prédominer dans votre choix final !

Si vous connaissez déjà le modèle que vous vous apprêtez à acheter, vous pourrez vous permettre de commander vos chaussures directement en ligne, mais dans la majorité des cas, nous vous recommandons vivement de venir essayer votre paire de chaussures en magasin, car au-delà de sa longueur et sa largeur chaque pied est différent, et le confort sera vraiment un point essentiel dans le choix de vos chaussures pour le ski de randonnée.

Voici quelques conseils à mettre en pratique pour un essayage :

  • Contrairement à d’autres sports, on ne doit pas surtailler sa chaussure de ski de randonnée, c’est pourquoi il est important de bien mesurer la longueur de son pied, ensuite exprimée en mondopoint pour choisir sa taille. Les chaussons des chaussures de ski de rando sont majoritairement en mousse thermoformable et auront tendance à se tasser au bout de 5 à 10 sorties pour gagner entre 1/2 et 1 pointure.
  • La largeur aux métatarses est également indiquée sur la plupart des modèles, permettant d’orienter votre choix si vous avez le pied particulièrement fin ou au contraire fort.
  • Choisissez une chaussette plutôt fine pour votre essayage et votre utilisation. Elle évitera les frictions d’une chaussette trop épaisse. De plus en rando le pied est toujours actif, la sensation de froid ne se fera donc pas sentir mis à part si vous êtes sujet au phénomène de Raynaud. Si toutefois vous êtes sujet au froid, des chaussettes en laine merinos fine apporteront la chaleur nécessaire.
  • Serrez les crochets en position minimale : votre pied doit être bien maintenu sans pour autant être comprimé. Si vous devez serrer la chaussure à fond pour être maintenu, cela signifie qu’elle est trop grande pour vous, car la mousse va légèrement se tasser avec le temps et vous ne pourrez plus serrer suffisamment votre chaussure.
  • En position droite votre orteil le plus long doit effleurer le chausson.
  • Mettez-vous en position de flexion, l’orteil recule et vous ne devez plus sentir le chausson. A ce moment là, vous savez que vous avez la bonne taille.

Notez qu’il existe des chaussures spécifiques pour les femmes. Elles sont bien évidemment adaptées aux morphologies de pied féminines mais leur autre spécificité est la présence d’une découpe sur le haut du chausson pour éviter de comprimer le mollet qui descend un peu plus bas sur l’anatomie féminine. De plus, généralement les modèles féminins ont un flex un peu plus souple que les modèles masculins dans un soucis de puissance et de transfert d’appuis.

Et si vous optiez pour le bootfitting ?

Sachez que la plupart des chaussures possèdent un chausson thermoformable : si vous avez des petites douleurs récurrentes quel que soit le modèle choisi, une forme de pied particulière ou tout simplement si vous souhaitez maximiser votre confort, pensez au bootfitting !

Il s’agit dans un premier temps d’une méthode qui permet d’ajuster parfaitement votre chaussure à votre pied : après analyse de vos pieds et de votre posture, des semelles sur mesure sont ajoutées et/ou la forme de votre chaussure est rectifiée grâce à un appareil qui va la déformer lentement pour ne pas perdre les propriétés des matières traitées.

Si ces méthodes ne suffisent pas et que vous ne trouvez pas chaussure à votre pied, la déformation de coque peut être une solution de dernier recours.

Ce service est disponible dans vos boutiques Approach Outdoor, pensez à vous renseigner !

En conclusion, retenez que la chaussure de ski de randonnée est réellement un élément crucial de votre équipement, et que son choix va être délicat. Si un pratiquant peut s’adapter à presque n’importe quel ski dans une catégorie donnée, ce n’est pas le cas avec une paire de chaussures : toutes les paires ne vont pas nécessairement à tout le monde, et l’essayage sera un moment clé pour vous assurer d’être à l’aise dans vos chaussures. Une fois le bon modèle trouvé, à vous les longues sessions agréables et les nombreuses saisons de bons et loyaux services !